Menu

INTERVIEW #1 — Sonny Spier ; auteure, chroniqueuse et lectrice passionnée.

Aujourd’hui, j’ouvre une toute nouvelle catégorie sur le blog, celles des interviews! ça fait longtemps que j’ai envie de mettre à l’honneur des personnes passionnantes et passionnées. Et quand j’ai mis ce petit projet sur pied, je savais déjà qui serait la première personne à qui j’allais demander de répondre à mes questions.

J’ai rencontré Sonny sur instagram, et je ne peux pas expliquer pourquoi mais ça a tout de suite collé! On a discuté, je lui ai même envoyé les ébauches de mes romans qui ont tous fini dans mon tiroir, mais ça, c’est une autre histoire!

Du coup, je me retire et je vous laisse avec ces réponses!

Merci!

Avant de vous laissez, je voulais remercier tout particulièrement Sonny d’avoir avant tout accepter ma proposition mais aussi d’avoir pris le temps de répondre à chacune de mes questions. Et plus personnellement de me suivre dans chacun de mes projets et d’être un soutient de poids!

Ma première question est un peu basique mais pour ceux qui ne te connaissent pas, Peux-tu te présenter, nous parler de toi? Qui es-tu, d’où viens-tu, que fais-tu dans la vie, …

Bonjour ! C’est fou comme j’ai du mal à me présenter quand on me le demande haha. Je vais faire court et classique. Moi, c’est Sonny, j’ai la trentaine et je vis en Savoie avec mon fidèle compagnon à quatre pattes, Simba. J’ai un travail alimentaire qui soyons honnête, n’est pas le job de rêve, et je suis également auteure. Ma vie est rythmée par mes passions. À savoir : la lecture, l’écriture, la musique et les voyages (et le chocolat, mais chut, c’est un secret).

Sur les réseaux, tu écris sous un pseudonyme, pourquoi? Y a-t-il une histoire derrière ce nom, si oui, quelle est-elle? D’où vient Sonny Spier?

Sonny est mon surnom depuis plus de dix ans. À l’époque, j’étais très fan du chanteur Sonny Moore, du groupe From First To Last (maintenant plus connu sous le nom de Skrillex), et j’utilisais ce pseudo sur skyblog et partout ailleurs sur Internet. Depuis, il ne m’a jamais quitté et d’ailleurs beaucoup de personnes se savent pas mon vrai prénom. Tout le monde m’appelle Sonny. Pour Spier, c’est un hommage au personnage de Becky Albertalli, Simon Spier. Il est un peu mon chouchou et son histoire me tient tout particulièrement à cœur.

voici Sonny Moore et sur la photo de droite le groupe From first to last

Tu écris beaucoup sur Wattpad et tes histoires rencontrent un réel succès puisqu’elles comptabilisent plusieurs dizaines de milliers de lectures. T’attendais-tu à un tel succès?

Mais pas du tout ! J’en suis moi-même surprise ! Quand j’ai publié le premier chapitre de mon premier roman, j’étais loin de me douter qu’il y allait avoir autant de lecteurs et surtout, autant de gens qui commentent. Je ne sais pas si c’est pour tout le monde pareil, mais j’ai la chance d’avoir des lecteurs vraiment très investis et c’est ce qui me motive à continuer d’écrire. Pour moi, Wattpad est vraiment une très belle expérience. Je ne regrette pas du tout.

Qu’est-ce qui t’as amené à écrire pour la première fois? C’est tout de même une sacrée étape de se retrouver face à une page blanche et d’aligner tout ces mots.

Très bonne question ! En réalité, j’écris depuis de nombreuses années, même si j’ai eu un gros passage à vide pendant un trop long moment. J’ai commencé avec des fans fictions sur le groupe Tokio Hotel à l’époque Skyblog. À côté de ça, j’écrivais des petits textes, des nouvelles, des poèmes, des chansons, même des scénarios de films (oui, oui). L’écriture, comme la lecture, a toujours eu une place importante dans ma vie, et je ne saurais pas te dire pourquoi un jour, j’ai décidé de poser des mots sur une feuille. C’est quelque chose qui m’est venu naturellement, sans avoir besoin d’y réfléchir. J’ai toujours eu le rêve d’écrire un roman. J’ai mis du temps à en finir un, mais je l’ai fait.

Mais surtout, qu’est-ce qui a fait que tu as publié publiquement la première fois? Te rappelles-tu de comment tu te sentais / ce que tu as ressentis lorsque tu as appuyé sur “publier”?

Quand on publie ses textes en lignes, c’est surtout pour avoir des avis et aussi du partage. Déjà à l’époque des fans fictions, j’adorais discuter avec les lecteurs. C’est quelque chose de très gratifiant et c’est surtout très motivant. Mais quand j’ai publié le premier chapitre de Cut Back sur Wattpad, j’avoue que j’étais assez stressé. J’avais peur que ça ne plaise pas et qu’on descende mon histoire.

Est-ce que tu t’es toujours destiné à écrire? As-tu d’autres passions?

Comme je l’ai dit dans une autre question, j’ai toujours eu le rêve d’écrire un roman et surtout de le faire publier. Même pendant toutes ces années où j’ai souffert de la page blanche, je gardais ce rêve dans un coin de ma tête. À l’époque, c’était quelque chose d’impossible pour moi, mais je n’y ai jamais renoncé. Je me souviens d’un exercice d’écriture que j’avais fait au lycée, et que j’ai encore d’ailleurs, où l’on devait écrire une lettre personnelle à quelqu’un de notre choix et j’avais adoré faire ça. J’y avais mis beaucoup de passion et j’avais eu une bonne note, et je pense que ce devoir a eu un impact sur moi. Je m’étais dit, si seulement, je pouvais faire ça de ma vie. Écrire, encore et encore. La lecture et les voyages sont mes autres passions.

Tes histoires plaisent, c’est indéniable, envisages-tu une carrière d’auteure? Que ce soit à temps plein ou comme activité complémentaire.

Je pense que tu l’auras compris avec la réponse du dessus. Oui, carrément, oui.

Comment naissent tes histoires? Est-ce plutôt quelque chose qui arrive subitement, comme une sorte d’illumination ou est-ce que c’est le résultat de longues recherches?

C’est souvent quelque chose qui arrive subitement, oui. Sauf pour Cut Back. Je voulais absolument écrire un roman qui se déroulerait dans l’univers du surf, parce que c’est un sport qui me passionne beaucoup, mais je n’avais pas d’idée précise en tête. J’ai donc dû creuser un petit peu pour trouver une idée, et surtout une BONNE idée. Pour les autres histoires, l’inspiration peut venir n’importe où, n’importe quand. Parfois, même en marchant dans la rue, je peux imaginer un personnage, un lieu, un dialogue… Le pire, c’est avec la musique. Il suffit qu’une chanson, une parole résonne en moi, et bim, ça peut donner naissance à une trame entière. Comme avec mon roman What a heavenly way to die. Cette histoire est née en écoutant l’album “Bloom” de Troye Sivan, et tout le roman est basé sur l’univers musical de ce chanteur.

Selon toi, qu’est-ce qui fait que tes romans créent un tel engouement?
Bonne question. Je crois qu’il faudrait demander ça aux lecteurs.

Bonne question. Je crois qu’il faudrait demander ça aux lecteurs.

Est-ce que “Cut back” et “What a heavenly way too die” sont tes premiers “bébés” ou il y a-t-il des romans que tu gardes secrètement pour toi? Qu’est-ce qui a fait que ces romans en particulier ont été publiés?

Oui, ils le sont. Ils sont mes premiers vrais romans en tout cas ! J’ai encore quelques très courtes fans fictions écrites sur papier que je garde précieusement, mais c’est tout. Pour Cut Back, sa publication sur Wattpad a surtout été un essai en réalité. Je voulais avoir des avis sur ma plume pour savoir si ça valait le coup de continuer à écrire. Mais pour What a heavenly way to die, ça a été une évidence. À partir du moment où Adam, l’un de mes personnages, est entré dans ma tête, je savais qu’il fallait que je publie ce texte. Encore aujourd’hui, je ne sais pas comment expliquer le lien que j’ai avec cette histoire, mais j’ai su dès le départ que je tenais quelque chose d’important entre mes mains. Quand on me demande pourquoi j’ai écrit ce roman, j’aime répondre que je ne l’ai pas choisi en réalité. C’est Adam qui a voulu que je raconte son histoire. Je l’ai juste écouté.

La plupart des titres de tes romans sont en anglais, y a-t-il une raison particulière à ça?

J’aime l’anglais ? x) Je trouve les titres en anglais un peu plus classe, mais j’essaie de me soigner ! Mon dernier roman a d’ailleurs un titre français.

On dit souvent que les auteur(e)s ont des habitudes / rituels, est-ce le cas pour toi? Quels sont-ils?

J’ai mes petites habitudes. J’aime écrire dans un environnement un peu cocooning. Par exemple, j’ai toujours une tasse de thé, une bougie qui brûle à côté de moi, un carnet dédié à mon histoire en cours posé sur le bureau et de la musique. Et surtout, mon chat n’est jamais loin.

On peut retrouver beaucoup de détails de villes américaines, pourquoi écrire dans des villes si lointaines plutôt que dans un environnement proche de ta localisation? Entretiens-tu un lien avec ces villes?

Comme je l’ai dit, je suis passionnée par les voyages et surtout, j’ai un profond amour pour les Etats-Unis. Depuis que je suis gamine, je ne jure que par l’Amérique, donc pour moi, c’était une évidence que mes romans se déroulent là-bas. J’essaie de toujours placer mes personnages dans des villes que j’ai moi-même visité et que je peux donc décrire facilement. Pour Cut Back, l’action se déroule principalement à Hunington Beach et c’est un endroit pour lequel j’ai eu un gros coup de cœur. Pour What a heavenly way to die, mes héros sont à Boston et c’est une ville que j’affectionne tout particulièrement.

Tu es aussi une grande lectrice, quel est ton dernier coup de coeur? Pourquoi?

Sans hésiter, Lovers de Florie C. L’auteure a revisité l’histoire de Roméo et Juliette en version MM et… waouh ! Que dire de plus ? Juste waouh ! Tout est tellement intense dans ce roman. La plume de Florie, ses personnages, l’ambiance, vraiment tout.

Si demain tu es condamné à ne relire que les 3 mêmes livres pour le reste de ta vie, lesquels choisis-tu? Et pourquoi?

Wow, c’est compliqué comme question ! Je dirais Qui es-tu Alaska de John Green, parce que ce livre m’a bouleversé il y a quelques années et j’y suis très attaché depuis. Ensuite, je dirais Déferlante et A l’ombre de nos secrets de Lily Haime, parce qu’avec cette auteure, je ne suis jamais déçue et ses romans font vivre mille émotions. Une torture cette question.

Dans la vie quotidienne, parles-tu de cette activité d’auteure? Comment te sens-tu face à ça? Quel est la réaction des gens en face de toi, as-tu des anecdotes à raconter?

Oui, j’en parle avec beaucoup de gens, que ce soit sur les réseaux ou dans la vraie vie. Je ne le cache pas, car je n’en ai pas honte. Je dois saouler pas mal de gens d’ailleurs à force de parler de mes personnages comme s’ils étaient réels haha.

Tu as aussi un blog où tu publies de manière régulière, peux-tu nous en dire quelques mots? Comment fais-tu pour mener de front tant de choses?

À la base, j’utilisais mon blog principalement pour partager mes chroniques. Maintenant, je publie aussi des choses plus variés. J’essaie de partager des photos de voyages, de parler de mes romans, de musique, de films. Ce genre de chose. Même si j’essaie de l’alimenter au mieux, je consacre quand même plus de temps à mon compte Instagram.

Jusqu’ici tu écris exclusivement des romans M/M, qu’est ce qui fait que tu écris ce genre de roman? Qu’est-ce qui te plaît dans l’écriture et la lecture de ce genre? Ecris-tu aussi des F/F ou des M/F?

J’ai toujours écrit du M/M en fait. Même mes fans fictions sur skyblog, c’était du M/M sauf qu’on appelait ça des fans fics yaoi. Les seules fois où j’ai essayé d’écrire du M/F, j’ai vite compris que ça allait être impossible pour moi. J’étais complètement bloquée et mon dieu, je n’y reviendrais pour rien au monde haha. J’ai toujours eu un très grand attachement à la communauté LGBT, qui est aussi la mienne, et j’ai toujours écrit des relations entre hommes avec plus de facilités. Pourquoi ? Je ne sais pas vraiment, mais dans la romance M/M, tout est plus intense, tout est plus beau. Selon moi en tout cas. Peut-être parce que je vois ça d’un point de vue féminin. C’est compliqué de répondre à ce genre de questionnement.

Tu as récemment commencer à publier un nouveau roman, le garçon d’en haut, on est loin de l’histoire de WAHWTD, as-tu eu du mal à sortir de l’univers de ce roman pour te plonger dans le nouveau?

Alors, avant d’écrire Le garçon d’en haut, j’avais commencé à écrire un autre roman. Mais j’étais encore beaucoup trop ancrée dans l’univers de WAHWTD et j’ai eu beaucoup de mal. Au bout du septième chapitre, j’ai abandonné et j’ai mis l’histoire en pause. Ce n’est qu’après une petite pause que je me suis lancée dans Le garçon d’en haut et miracle… j’ai bouclé l’histoire en un peu plus d’un mois. Je suis agréablement surprise d’avoir réussi ce petit challenge. Je crois que quand on a la bonne histoire et les bons personnages, tout est faisable.

Parlant de ton dernier roman : le garçon d’en haut. Que peux-tu nous dire à propos de ce tout nouveau roman?

Le garçon d’en haut est une romance paranormale young adult. C’est l’histoire de Joaquim, un adolescent de 17 ans qui quitte le Texas pour s’installer au Cape Code, Massachusetts, avec sa mère. Ils débutent une toute nouvelle vie, loin du calvaire qui rythmait leur quotidien. Bien vite, il va se rendre compte qu’ils ne sont pas seuls dans la maison. Mon but avec ce roman, c’était d’offrir une lecture parfaite pour l’automne et surtout pour la période d’Halloween. Si j’en crois mes lecteurs sur Wattpad, le challenge est réussi. Donc, toi qui lis cette interview, tu sais ce qu’il te reste à faire.

D’autres choses dont tu as envie de parler ou des suggestions à me faire?

Eh bien, j’ai surtout envie de te remercier pour cette belle interview. Tes questions sont vraiment très intéressantes et originales ! Merci beaucoup .

EXCLUSIVITE : Quand on te parle de publier ton roman, tu restes mystérieuse mais tu laisses trainer quelques indices qui ne nous permettent pas d’être sûr de la réponse. As-tu une exclusivité à nous confier? Une discussion avec une maison d’édition par exemple? Je me doute que si c’est la cas, tu es lié sous contrat, mais peux-tu nous livrer quelques informations?

Haha! Tout ce que je peux dire, c’est… Restez à l’écoute.

Si tu pouvais sélectionner une ou plusieurs personnes, connue(s) ou non, quelles sont les interviews que tu aimerais lire prochainement ici?

Je pense que celle de Violette Banks (violettebluebird sur Instagram) pourrait être très intéressante.


C’est ici que cette interview se termine! J’espère qu’elle vous aura plu! Je tiens encore une fois à remercier fortement Sonny d’avoir pris le temps de répondre à mes questions et d’y avoir répondu avec autant d’investissement!

Retrouvez Sonny Spier ici :

+6

2 Comments

  • Sonny
    10 novembre 2020 at 11:59

    Hier, j’ai cru mettre un commentaire avec mon compte Facebook, mais du coup je ne sais pas si tu l’as eu 🙂
    Donc, encore merci pour cette belle interview. J’ai adoré répondre à tes questions et j’aime beaucoup le travail que tu as fournis sur ton article. Le fait d’ajouter des photos et des liens externes donne un côté vivant à l’article. J’adore !

    0
    Reply
    • admin
      10 novembre 2020 at 22:45

      L’extension qui le permettait a été supprimé vu que j’ai réussi a activer les commentaires correctement :3

      Je suis heureux que l’article te plaise, ça me tenait vraiment à coeur que tu le trouve bien!

      Encore milles fois merci d’avoir répondu à mes questions!

      +1
      Reply

Leave a Reply

Résoudre : *
38 ⁄ 19 =